Scène

Pólis, exquise et noire géométrie du mouvement

Le danseur et chorégraphe Emmanuel Eggermont redessine la ville sur le plateau de l’ADC, à Genève, et voit la vie en noir. Splendide.
Pólis, exquise et noire géométrie du mouvement
Inspiré par l’architecture et les arts plastiques, Emmanuel Eggermont interroge la ville et son organisation. JIHYÉ JUNG
Danse

On dit Emmanuel Eggermont érudit. Il faut en effet beaucoup d’esprit pour présenter le travail d’orfèvre qu’est Pólis (cité, en grec), à ne pas manquer à la Salle des Eaux-Vives, où la pièce est accueillie par l’Association pour la danse contemporaine jusqu’à vendredi. Ses recherches interrogent ici la ville, sa formation et son organisation. Un thème qui dénote du goût du danseur et chorégraphe français pour l’architecture et les arts

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion