Scène

Arthur Besson, la mémoire et le père

Dans un solo pluridisciplinaire, au Théâtre 2.21 à Lausanne, Arthur Besson évoque ses ­disparus avec une douce ­nostalgie.
Arthur Besson, la mémoire et le père
Au théâtre 2.21, ­Arthur ­Besson ­manie les instruments autant que la nostalgie. DR
Théâtre

Dans le solo d’Arthur Besson, Le dernier rempart, tout commence et finit par la musique. Des deux côtés de la scène noire, dépouillée, on trouve d’ailleurs plusieurs instruments, deux micros, les câbles qui vont avec. Et seul sur scène, parmi tout ça, Arthur Besson, son regard particulier, timide et grave, comme pris dans les phares d’une voiture. Au fil de la première chanson qu’il joue, sur scène, il chante l’absence

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion