Scène

«Je pouvais rêver Noemi Lapzeson»

Le chorégraphe Vincent Dunoyer, invité par l’ADC et Antigel, crée Noemi va seule, à voir en février à la Salle des Eaux-Vives.
«Je pouvais rêver Noemi Lapzeson»
La pièce de Vincent Dunoyer croise des traces de son parcours avec celui de Noemi Lapzeson. MIRJAM DEVRIENDT
Danse

Il a choisi pour titre de son solo Noemi va seule, «qui sonne comme do ré mi fa sol». Lorsqu’il a reçu cette carte blanche de Prisca Harsch, danseuse et programmatrice «arts vivants» du Festival Antigel, pour créer une pièce en hommage à Noemi Lapzeson, Vincent Dunoyer a fait confiance à son intuition. L’idée de la musicalité s’est imposée à lui pour composer autour de cette figure tutélaire de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion