Culture

Cet artiste qui voit rouge

Exposé à Fribourg, l’artiste vaudois produit un corpus fait de récupération, souvent inspiré par ­l’iconographie communiste. Il cosigne aussi un gros ouvrage avec André Ourednik, Atomik Submarine.
Cet artiste qui voit rouge
Pour son art mâtiné de guerre froide, François ­Burland pratique volontiers la récup’. Corinne Aeberhard
Fribourg

François Burland est-il un créateur d’art brut? Un poète d’atelier? Un rêveur aux mains agiles? «Non, je suis un être humain», balaie très simplement le Vaudois, dont le talent fait fi des frontières. Définir son style ne préoccupe pas le moins du monde l’homme ayant appris le dessin en autodidacte. «C’est de l’art à la je m’en fous», s’amuse le sexagénaire qui expose actuellement à L’Espace Jean Tinguely – Niki

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion