Solidarité

Le travail tue, faute de syndicats

A Manisa, ville industrielle de l’ouest de la Turquie, les accidents mortels au travail sont monnaie courante. En cause, le non-respect généralisé des normes et la répression des syndicats. Reportage.
1
A l’usine d’huile d’olive Taris, une tentative de syndicalisation a été réprimée par des licenciements et l’intervention de la police. Depuis, les ouvriers protestent quotidiennement devant la fabrique. JBX
Turquie

Dans le bureau du Parti démocratique des ouvriers (IDP, gauche radicale) de Manisa, une ville industrielle de l’ouest de la Turquie, une douzaine d’ouvriers sont assis autour d’une table. Au mur, un portrait de Lénine fait face à une étagère débordant de tracts, d’ouvrages politiques et de jerseys. L’air est enfumé, les cendriers débordent, les thés s’enchainent. Seul Orhan Songur, la trentaine, parle. Son frère Hasan, 25 ans, est mort broyé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion