Musique

Alain Bashung, splendeurs d’outre-tombe

Loin du projet mercantile redouté, l’album posthume du chanteur est une merveille.
Alain Bashung, splendeurs d’outre-tombe
Disque

«Je ne t’ai jamais dit mais nous sommes immortels.» Est-ce un rêve? La voix est la même qu’il y a dix ans. Depuis 2008, on ne souhaitait plus l’entendre tant le spectacle final, en dépit de sa beauté, avait été douloureux. En cette fin d’année maussade, Bashung chante et ça nous fait le même effet qu’avant le drame, lorsque l’homme en noir écrivait l’un des chapitres les plus intenses du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion