Raconter l’indicible, entre rage et dérision
Odette (Cyrille Mairesse) et son père (Clovis Cornillac). PRAESENS FILM
Cinéma

Raconter l’indicible, entre rage et dérision

Abusée par un pédophile, la danseuse Andréa Bescond conte son calvaire et sa reconstruction dans Les Chatouilles, un film audacieux et survolté.
Film

Le titre fait froid dans le dos lorsqu’on découvre ce qu’il désigne: des abus sexuels. La danseuse Andréa Bescond adapte ici une pièce autobiographique, Les Chatouilles ou la danse de la colère, créée il y a quatre ans avec son compagnon Eric Métayer, qui cosigne aussi le film. Ce sera heureusement le récit d’une ­résilience: violée à maintes reprises depuis l’âge de 8 ans par le meilleur ami de ses parents,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion