Cinéma

L’affrontement des populismes

Dans Farenheit 11/9, Michael Moore s’attaque au président américain Donald Trump, quitte à en faire trop.
L’affrontement des populismes
Michael Moore dans son documentaire "Farenheit 11/9". ASCOT ELITE
Documentaire

Si Donald Trump est devenu président des Etats-Unis c’est entièrement la faute de Gwen Stefani. Si, si, c’est Michael Moore qui le dit dans son nouveau brûlot anti-Trump Fahrenheit 11/9, dont le titre fait référence au roman dystopique Fahrenheit 451, de Ray Bradbury, et au propre pamphlet de Michael Moore Fahrenheit 9/11, qui s’attaquait en 2004 à un autre président, George W. Bush. Ah oui, Gwen Stefani, donc. Tout aurait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion