Le festival qui voit des fesses partout
Dans le court métrage suisse "Je fais où tu me dis", Marie de Maricourt filme une jeune fille handicapée assaillie de fantasmes, dont l’équilibre familial bascule à l’arrivée d’une nouvelle femme de ménage. GOLDEN EGG
Cinéma

Le festival qui voit des fesses partout

Genève s’enrichit d’un nouveau festival dédié aux sexualités. Le Fesses-tival, c’est son nom, entend “œuvrer pour la réappropriation des corps et des plaisirs, célébrer la diversité et diffuser une vision positive et inclusive des sexualités”.
Culture

Les projecteurs d’Everybody’s Perfect à peine éteints, et avant la déferlante des Créatives en novembre, voilà qu’un troisième festival qui questionne sexe et genre déboule dans le paysage déjà saturé des festivals genevois. Le Fesses-tival, c’est son nom, se glisse entre deux manifestations bien établies avec un objectif: «œuvrer pour la réappropriation des corps et des plaisirs, célébrer la diversité et diffuser une vision positive et inclusive des sexualités». Ancrage

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion