Économie

Huile sous pression

Malgré la contestation populaire, des entreprises helvétiques ne peuvent pas se passer d’huile de palme.
Huile sous pression
La biscuiterie Kambly utilise de l’huile de palme dans la moitié de son assortiment. KEYSTONE DAVID JOSS
Alimentation

«Mon entreprise qui produit des cosmétiques a banni depuis longtemps l’huile de palme», assure Thomas Minder, directeur de Trybol. Le sénateur indépendant tentait, mardi dernier, de convaincre ses collègues des Etats: «Nous avons de l’huile de colza, de tournesol juste devant notre porte. Nous pouvons nous passer sans problème de l’huile de palme dans la production d’aliments et de cosmétiques», plaidait le Schaffhousois. En vain. La Chambre haute a refusé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion