Cinéma

La déchéance de l’homme-chien

Matteo Garrone renoue avec le réalisme social et lyrique de Gomorra. Dans Dogman, le cinéaste italien décrit un pays en pleine déroute morale, gangrené par la violence mafieuse et la pauvreté.
La déchéance de l’homme-chien
XENIX
Film

Une bonne scène d’ouverture n’est jamais anodine. Celle de Dogman donne quelques indices sur sa terrible conclusion: toiletteur pour chien, Marcello tente d’amadouer un pitbull menaçant avec des biscuits. Il tient sa boutique miteuse dans une banlieue dé­labrée de Naples où sévit Simoncino, brute épaisse qui terrorise les habitants du quartier. Ce molosse demeuré a fait du chétif Marcello son souffre-douleur, son dealer de coke et le complice de ses

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion