Solidarité

Apprendre la solidarité

Des centaines de jeunes Genevois voyagent chaque année dans des pays du Sud pour aider des populations défavorisées. Le phénomène, pas exempt de critiques, fera l’objet d’un débat ce week-end.
Apprendre la solidarité
Les jeunes récoltent le plus souvent eux-mêmes une partie ou l’ensemble des fonds investis, avant d’aller donner un coup de main sur place. Ici, la construction d’une école en Haïti en 2018 dans le cadre de l’association Unité Jamm. HUMBERTO LOPES – UNITE JAMM
Coopération

«Aller aider les pauvres.» Le phénomène a le vent en poupe. De Genève, plusieurs centaines de jeunes, souvent mineurs, partent chaque année – dans le cadre de l’école ou avec des associations – dans des pays du Sud pour soutenir des populations dans le besoin. Ces voyages se passent-il toujours dans des bonnes conditions? Contribuent-ils vraiment de manière significative au bien-être des communautés locales? De nombreuses questions se posent. Pour en débattre,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion