International

Au Portugal, la quête de la mémoire

Comment un pays peut-il donner du sens à des décennies de dictature? Par les lieux, par les victimes, par les symboles? Et quand est-il prêt à le faire? En proie à ces questions, le Portugal façonne son travail de mémoire.
Au Portugal, la quête de la mémoire
Lisbonne, 25 avril 2012. Un couple prépare une banderole pour la célébration de la Révolution des œillets. KEYSTONE
Reportage

Caxias, Aljube, Peniche, Tarrafal, Trafaria… ces noms résonnent dans les mémoires portugaises comme autant de souvenirs douloureusement enfouis. Et pour cause: ce sont les prisons qui ont servi à interroger, séquestrer et torturer les milliers d’opposants au régime autoritaire de Salazar durant plus de quatre décennies. Certaines situées à l’écart des centres urbains dans les régions côtières, d’autres sises dans les villes au vu et au su de tous. D’autres,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion