Arts plastiques

Le partage des tâches

Avec l’art contemporain, l’activité créatrice s’est émancipée du pinceau et du burin. Et le public doit lui aussi «travailler», pour comprendre les œuvres ou participer à leur réalisation.
Le partage des tâches
Latifa Echakhch, Cross Fade (2016). Selon la plasticienne, le public «n’est pas un consommateur passif qui poserait aux artistes toute la responsabilité d’un regard sur le monde». DR

Jusqu’au XXe siècle, tout était simple: les artistes sculptaient, peignaient, dessinaient, gravaient, et le public contemplait. Depuis, les pratiques visuelles se sont émancipées et multipliées, s’affranchissant d’abord de l’académisme avant de sacrifier les formats classiques de la création plastique. Ainsi, il n’est désormais plus obligatoire de façonner de la matière pour créer: on peut s’approprier les objets du quotidien, manier des concepts, faire bouger les images, performer, etc. SÉRIE D’ÉTÉ: TRAVAIL

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion