Musique

En avian la zizique

Comme un chorus be-bop, la vie de Boris Vian fut courte et effrénée. A la Fondation Michalski, à Montricher, une exposition rappelle combien le jazz était cher à son cœur essoufflé.
En avian la zizique
L’écrivain trompettiste fut aussi un parolier prolifique. MAX OTTONI/Archives Cohérie Boris Vian
Exposition

Son œuvre est une urgence phrasée en improvisation be-bop. Romans, traductions, nouvelles, lancés de son écriture propre et souple comme un solo drôle de trompinette. Boris Vian avait la plume trempée de jazz, infusée de ses libertés. Il serait pourtant faux de croire à une allégeance de façade: l’homme était de lettres autant que de notes, comme le rappelle la belle exposition «En avant la musique!» que la Fondation Michalski

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion