Genève

«Dessiner à la craie ne devrait pas être interdit»

Le Service de l’espace public maintient les amendes contestées par les deux étudiantes féministes qui avaient dessiné un clitoris au Jardin anglais en avril dernier.
Un clitoris à la craie leur vaut une amende
L'action pédagogique avait pour but de donner une visibilité à l’organe sexuel féminin, ont expliqué les étudiantes. DR
Sexualité féminine

Les deux étudiantes féministes qui ont dessiné un clitoris à la craie au Jardin anglais le 19 avril ont contesté leurs amendes auprès du Service de l’espace public. Celui-ci a maintenu les amendes de 100 francs chacune au motif que dessiner sur le domaine public excède l’usage commun dudit domaine et requiert une autorisation préalable. C’est ce qu’explique le collectif féministe l’Escouade dans un communiqué. Pour ces féministes, ces condamnations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion