International

Yémen, une guerre sous-traitée

Des soldats et mercenaires de multiples origines sont discrètement engagés dans la guerre civile qui ravage le Yémen depuis 2015. En cas de crimes de guerre, seront-ils poursuivis par la CPI?
Yémen, une guerre sous-traitée
Station service détruite après des bombardements de la coalition près de Sanaa. Impopulaire, la guerre au Yémen pousse Riyad et Abu Dhabi à sous-traiter au maximum leur campagne. KEYSTONE
Mercenaires

«Une pinte de sueur économise un gallon de sang», disait le général américain George Patton. Mais dans l’actuelle guerre civile qui fait rage au Yémen, c’est plutôt le pétrole que l’on troque désormais contre l’hémoglobine: engagée depuis 2015 dans une campagne sanglante contre les rebelles houthis, la coalition menée par l’Arabie Saoudite s’appuie de plus en plus sur la manne pétrolière pour déléguer son effort de guerre à des soldats

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion