Scène

L’amour, la haine et beaucoup de liberté

Jusqu’au 9 juin, Laetitia Dosch offre avec Hate une pièce explosive, qui questionne les rapports de pouvoir et la frontière trouble entre amour et haine.
L’amour, la haine et beaucoup de liberté
«Je déteste que tu me contrôles», dit Corazon à Laetitia Dosch. DOROTHÉE THEBERT FILLIGER
Théâtre de Vidy

Quand on connaît un peu le travail de Laetitia Dosch, aller voir un de ses spectacles, c’est s’attendre à tout – principalement à ce que ça dérape. Dans Hate, la nouvelle création de la comédienne et auteure franco-suisse, co-mise en scène avec Yuval Rozman, on trouve d’abord un cheval. Un magnifique pur-sang espagnol nommé Corazon, qui, puisque c’est un cheval, peut à tout moment s’énerver, s’impatienter, faire n’importer quoi, décider de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion