Cinéma

Vortex iranien

Dans Invasion, Shahram Mokri nous embarque dans un univers fantastique et une temporalité déstructurée, en un seul plan-séquence.
"Invasion", sinistre allégorie de l’Iran contemporain. DR
Cinéma iranien

Les films tournés en un seul plan-séquence (ou qui en donnent l’illusion) sont toujours impressionnants. Mais avec Fish and Cat (2013), l’Iranien Shahram Mokri allait au-delà de la prouesse technique: alors que la prise unique suppose un récit linéaire, elle s’enroulait là sur une boucle temporelle illustrant le principe du ruban de Möbius. Plus fort encore, Invasion atomise aujourd’hui le procédé, dans un labyrinthe visuel et narratif qui dépasse l’entendement.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion