Suisse

Dénoncer coûte cher

Le préposé fédéral à la protection des données épingle un site de dénonciation de propos haineux.
Dénoncer coûte cher
Le comité de la LICRA a dû bloquer son site de dénonciation. ALDO ELLENA
Réseaux sociaux

Nommer les auteurs de propos haineux sur la toile et les couvrir de honte en les exposant aux yeux de tous. C’est cette méthode, appelée name and shame, qu’avait choisie la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA)-Suisse pour lutter contre cette dérive des réseaux sociaux. Si cette pratique est très en vogue dans les pays anglo-saxons pour dénoncer le harcèlement sexuel (#Metoo), la xénophobie ou encore la fraude

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion