Genève

Le «silence complice» de l’Hospice général dénoncé

Des militants du collectif Perce-Frontières ont mené mercredi une action devant l’Hospice général pour dénoncer le durcissement de la procédure d’obtention de l’aide d’urgence.
Le «silence complice» de l’Hospice général dénoncé
Venus avec banderole, micro et haut-parleur, les militants ont invité le directeur de l'Hospice général, Christophe Girod, à descendre les rencontrer, en vain. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Asile

Une quinzaine de militants du collectif Perce-Frontières ont mené mercredi en fin de matinée une action devant l’Hospice général. Le but était de remettre une lettre à son directeur, Christophe Girod, demandant à l’institution de prendre position au sujet de la modification de la procédure d’obtention de l’aide d’urgence (notre article du 22 mars). En effet, depuis le 1er mars, les personnes dont la demande d’asile a été refusée et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion