Genève

Aide d’urgence durcie

Les réfugiés déboutés à l’aide d’urgence doivent pointer à l’aéroport auprès des services chargés de les expulser. Avec le risque qu’ils passent à la clandestinité.
«C’est un immense autogoal social, sanitaire et sécuritaire», a déclaré Aldo Brina, chargé d’information au Centre social protestant (à gauche, aux côtés d’Aude Martenot, membre de Solidarité Tattes, et Me Dominique Bavarel, avocat au Collectif de défense). PBH
Asile

L’aide d’urgence versée aux requérants d’asile déboutés est mise en péril par des nouvelles pratiques édictées par l’Office cantonal genevois de la population et des migrations (OCPM). C’est ce qu’estiment quelque cinquante organisations, partis et syndicats actifs dans la défense des droits des réfugiés. Regroupés au sein du collectif «Article 12», ils interpellent le Conseil d’Etat et vont contester ces pratiques par voie de droit. En effet, depuis le 1er

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion