Vaud

Le LEB, une ligne à surveiller

Le Lausanne-Echallens-Bercher doit gérer sa croissance sous l’œil inquiet de l’Etat.
Le LEB, une ligne à surveiller
La grogne devient de plus en plus marquée parmi les usagers du Lausanne-Echallens-Bercher. ALAIN WICHT
Transport

Ne parlez pas de «mise sous tutelle» du LEB aux différents protagonistes. Vu de loin, ça y ressemble, mais le terme serait trop fort. Il s’agit, dans un langage plus bureaucratique, d’un monitoring. Depuis début février, l’activité du Lausanne-Echallens-Bercher est ainsi étroitement surveillée par l’administration cantonale. La Direction générale de la mobilité examine des rapports bimensuels sur les couacs qui surviendraient sur la ligne. Ce régime spécial a été installé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion