Genève

Un vice-recteur démissionne

L’enquête lancée à la suite des accusations de sexisme au rectorat de l’Uni écarte ces soupçons mais pointe trois cas de souffrance et d’inconfort. Le comportement d’un vice-recteur est mis en cause.    
Un vice-recteur démissionne
Hall d'Unimail © Cédric Vincensini
Université de Genève

Mandatée par le recteur, Yves Flückiger, à la suite d’accusations de sexisme et de mobbing lié au genre de la part du rectorat, l’enquête indépendante rendue publique11www.unige.ch/communication/communiques/2018/conclusions-de-la-commission-denquete-sur-le-sexisme/rapport-de-la-commission-denquete/ lundi écarte ces soupçons. Toutefois, la commission d’enquête a relevé deux «situations de souffrance manifeste» et une de «grand inconfort» parmi les responsables de service. Coupable parfois d’une «certaine inadéquation relationnelle», Michel Oris, le vice-recteur pourtant choisi par M. Flückiger pour diriger les ressources

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion