International

La plaie reste ouverte

Un livre écrit par un militaire français ayant participé à l’opération «Turquoise» au Rwanda en 1994 soutient que l’intervention «humanitaire» visait à protéger le gouvernement en déroute. Interview.
La plaie reste ouverte
En août 1994, un jeune Tutsi regarde en direction d'un camp de réfugié de Nyarushishi, au Rwanda. KEYSTONE
Rwanda

C’est un soupçon monstrueux qui ne cesse de ressurgir depuis près de vingt-cinq ans: la France a-t-elle déclenché une opération humanitaire dans un pays d’Afrique avec comme but inavoué de sauver un gouvernement qui venait tout juste de massacrer près d’un million de personnes? L’accusation peut paraître énorme. Elle revient pourtant régulièrement, comme un serpent de mer qui interroge, encore et encore, le rôle pour le moins ambigu de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion