Arts plastiques

César, sculpteur impérial

Le Centre Pompidou présente sa première rétrospective de l’artiste français, deux décennies après sa mort. D’abord moderne, puis contemporain.
César, sculpteur impérial
Compression Ricard (1962), tôle, automobile compressée. CENTRE POMPIDOU, MUSEE NATIONAL D'ART MODERNE, PARIS. DON DE PIERRE RESTANY
Paris

Beaubourg rend enfin à César ce qui tardait à lui revenir: un hommage digne de ce nom, en forme de grande rétrospective, vingt ans après la mort de César Baldaccini (1921-1998). Commissionnée par Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, l’exposition orchestre 126 pièces, pour la plupart de grande taille. Le corpus est souvent fascinant, mais aussi inégal, témoin d’incessants allers-retours entre art moderne et radicalité contemporaine. Un grand écart

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion