Scène

Au Loup, le vaudeville penche du côté de l’autofiction

Sous des atours décalés, La Cagnotte revisite les codes du vaudeville, faisant d’un burlesque de situations une étonnante ouverture vers des questionnements existentiels.
Entre les répétitions et les époques s’ouvre une surréaliste zone de circulation DOROTHEE THEBERT
Théâtre

A la racine de la pièce créée à L’Arsenic et visible au Théâtre du Loup, un désir déjà présent chez Christian Geffroy Schlitter (qui cosigne la mise en scène avec Clémentine Colpin), d’aborder les grands classiques du patrimoine théâtral, questionnant dramaturgie, rapport au rôle, corps et non-dit, présence au monde. Extraire la colonne vertébrale, l’ADN d’un genre – ici le vaudeville. On retrouve dans La Cagnotte son rythme mécanique distendu, ses

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion