Cinéma

Filmer la solitude du Venezuela

Dans «La Soledad», le Vénézuélien Jorge Thielen Armand retrouve la maison de ses arrière-grands-parents. Une métaphore personnelle et poétique de la décadence.
Jorge Thielen Armand filme dans son premier long-métrage documentaire les derniers jours de La Soledad PATRICK LOPRENO
Cinéma

Symbole d’une époque révolue, la statue d’une jeune nymphe de bronze trône encore au milieu du hall décrépi. Etabli au Canada, le réalisateur Jorge Thielen Armand filme dans son premier long-métrage documentaire les derniers jours de La Soledad, la maison de ses arrière-grands-parents. Petit à petit, sa famille a abandonné le rêve de redonner à la bâtisse son lustre d’antan. Il a été choisi de la détruire et de vendre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion