Cinéma

Faux-semblants façon Ozon

Le cinéaste français se prend pour David Cronenberg avec «L’Amant double», un thriller psycho-sexuel alambiqué qui frise le ridicule.
Faux-semblants façon Ozon
La mise en scène accumule les figures de style convenues: effets de miroirs FILMCOOPI
Cinéma

François Ozon est un petit génie. De film en film, éclectique et prolifique, il s’empare avec brio des genres les plus divers – de la comédie musicale (8 Femmes) au fantastique (Ricky), avec une prédilection pour les thrillers en eaux troubles. Dix-septième long métrage du cinéaste, rentré bredouille de la compétition cannoise, L’Amant double en est un, de la veine érotique et psychanalytique, sur le thème fascinant de la gémellité. Pastiche de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion