Religions

Dans l’abîme du djihad féminin

Géraldine Casutt, doctorante à l’université de Fribourg, consacre sa thèse à l’engagement des femmes djihadistes au sein de l’Etat islamique.
La ville de Raqqa Wikicommons
Recherche

Depuis quatre ans, la Fribourgeoise Géraldine Casutt, doctorante à l’université de Fribourg, cherche à comprendre l’engagement et le rôle des femmes djihadistes de l’Etat islamique. Un travail d’analyse nécessaire mais qui n’est pas sans sacrifices. Elle parle d’une voix douce. On doit presque tendre l’oreille, dans le café de l’Ancienne gare de Fribourg, pour l’entendre expliquer comment, à un moment de sa vie, elle a passé tous ses jours et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion