Musique

Les bonnes étoiles de Kara Sylla Ka

Sixième album du musicien sénégalais de Genève, Fatima célèbre à la fois sa mère, l’icône rasta Bob ­Marley et le leader burkinabé assassiné Thomas Sankara. Rencontre.
Kara Sylla Ka sous le regard de sa mère: «Au début JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Reggae

Kara Sylla Ka se serait-il réincarné en prophète rasta? On pourrait le croire à la vue de la pochette de Fatima, son nouvel album, sixième jalon de sa riche discographie. Le musicien sénégalais de Genève y déploie ses dreadlocks sur un fond tricolore rouge, jaune, vert. «Le drapeau rasta, mais plus généralement les couleurs panafricaines», souligne l’intéressé. Peint par un artiste de Dakar, le visuel s’inspire ouvertement de celui d’Uprising,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion