Égalité

Les étudiantes de la révolution

Entre 1866 et 1917, Genève accueille une diaspora constituée de jeunes femmes «slaves» qui, depuis l’université, imaginent et précipitent le renversement du tsar en Russie.
Université de Genève. Des milliers de jeunes femmes russes ont étudié à Genève à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Jean-Patrick Di Silvestro
Histoire

C’est une épopée méconnue: alors que durant cinq décennies des générations de révolutionnaires fauchés ont tour à tour pensé et organisé depuis Genève les conditions de l’avènement d’une révolution socialiste en Russie, des étudiantes «slaves» (comme on disait alors) inscrites à la faculté de médecine leur ont prêté main forte. Et fièrement! Déterminées, ces filles pétries d’idéaux progressistes retournaient bientôt aux pays, diplôme en poche, contribuer à soulever le peuple

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion