Société

«L’injure est une épée de Damoclès»

Chercheuse et formatrice, Caroline Dayer explore dans un nouvel ouvrage le «pouvoir de l’injure», avec un focus sur celles à caractère genré.
«L’injure charrie des stigmates et grave les mémoires» JPDS
Genre

L’injure n’est que la pointe de l’iceberg des mécanismes d’exclusion. C’est ce qu’explique Caroline Dayer, experte de la prévention des discriminations, dans Le pouvoir de l’injure qu’elle vient de publier. Dans un système de rapports de pouvoir, elle est un instrument de domination et de destruction qui, tel une épée de Damoclès, peut s’abattre à n’importe quel moment, attaquant l’individu comme le groupe auquel il appartient. Pourquoi vous êtes-vous intéressée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion