Genève

Christina Meissner a-t-elle une chance?

Les députés genevois éliront jeudi prochain leur nouveau président. L’élue indépendante, virée par l’UDC pour avoir accepté la vice-présidence, veut y croire.
Pour accéder au sommet du perchoir JPDS
Grand Conseil

Une élue sans parti sera-t-elle désignée, jeudi prochain, «première citoyenne» du canton? L’ex-UDC Christina Meissner n’est aujourd’hui qu’à une marche du sommet du perchoir. La partie semble toutefois mal engagée. Pour obtenir la présidence du Grand Conseil, elle devra l’emporter face à un candidat de son ancien parti. Or l’UDC n’a toujours pas digéré «la trahison» de celle qui avait eu l’audace, l’année dernière, d’accepter son élection à la vice-présidence

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion