Actualité

J.-R. Kechaou, un pont malgré tout

A l’heure ou les banlieues et les lycées s’enflamment à nouveau en France contre la violence policière, certains favorisent le dialogue. Rencontre avec un prof d’histoire-géo hors norme.
Les habitants d’Aulnay-sous-Bois CAPTURE D'ECRAN EURONEWS
France

 Le viol présumé de Théo L., 22 ans, par un policier, au moyen d’une matraque, le 7 février dernier à Aulnay-sous-Bois, en banlieue parisienne, témoigne de l’état désastreux des rapports jeunes-police dans les quartiers populaires français. Aux jets de parpaings sur les forces de l’ordre, celles-ci répliquent violemment, et inversement. La tension est extrême à l’approche de l’élection présidentielle. De nombreux lycéens se mobilisent contre les violences policières, alors que 57% des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion