Vaud

EPFL, l’union dangereuse

Patrick Aebischer a transformé l'EPFL en attirant les financements privés. Tour d'horizon de ce mariage entre recherche et industrie.
Le Rolex learning center fait partie des bâtiments qui ont vu le jour grâce à des partenariats publics privés. FLICKR/SANAA/CC
Université

Sous le règne de Patrick Aebischer, l'EPFL a changé de visage. L’école polytechnique fédérale de Lausanne flirte avec les premiers rangs dans les classements européens, son nouveau quartier de l’innovation abrite des start-up à succès et un campus à l’américaine est sorti de terre, avec un hôtel, des logements et des commerces. L'école a multiplié par 2,5 le nombre de personnes qui y étudient et y travaillent. En 17 ans,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion