Musique

Le Grand Théâtre s’offre de sobres fêtes

Une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas les paillettes mais la neige qui recouvre la scène de l’Opéra des Nations pour le spectacle des fêtes. Avec La Bohème de Puccini, les larmes l’emportent sur le rire.
Mimì et Rodolfo: la rencontre du poète et de sa muse? Carole Parodi
Opéra - Genève

Pour accompagner les fêtes, l’Opéra de Lausanne donne, comme il se doit, La Vie parisienne d’Offenbach. Mais au Grand Théâtre, c’est une autre tranche de vie parisienne qu’on pourra goûter entre le champagne et le saumon. Une tranche à la saveur plus amère, prélevée dans le dénuement de la vie de bohème. Le «champagne» qu’on sabre au dernier acte n’est que de l’eau et les seules paillettes dont s’orne ce

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion