Livres

Pascal Nordmann: funambule de la parole

Dans "Le Bruit des langues percées", l’homme de théâtre et écrivain genevois célèbre la beauté amère du réel. Son imagination emmène le lecteur dans la «pulpe des choses», révélant un observateur espiègle et soucieux
Pour Pascal Nordmann DR
Livres

Une cheminée remontant le col de son manteau, un boa en complet veston soupçonné d’assassinat, un zébu lecteur de Madame Bovary dialoguant avec un banlieusard: tels sont quelques-uns des personnages peuplant Le Bruit des langues percées. Un roman tissé de saynètes détonantes dont le fil rouge – un bus jaune aux yeux d’insectes – conduit le lecteur de paysages de nylon en forêt de pins rouges, jusqu’à la mer. Le monde est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion