Genève

RIE III : Rémy Pagani rompt la collégialité au sein de l’exécutif

Le magistrat se distancie du «soutien conditionnel» du Conseil administratif au volet cantonal de la réforme de l’imposition des entreprises.
Pour Rémy Pagani Jean-Patrick Di Silvestro
Ville de Genève

C’est avec la rupture de collégialité de son magistrat en Ville de Genève, Rémy Pagani, que Solidarités a lancé, mardi, sa campagne contre la troisième réforme de l’imposition des bénéfices des entreprises (RIE III). Une bataille en deux temps puisque le parti de la gauche radicale, membre d’Ensemble à gauche (EàG), rappelle que les Suisses voteront le 12 février sur la réforme fédérale. Si elle est acceptée, son volet cantonal sera

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion