Actualité

La revanche de l’homme blanc

Présidentielle américaine

Un milliardaire pratiquant l’optimisation fiscale qui remporte la confiance des électeurs en capitalisant sur les dégâts de l’ultralibéralisme: ce serait une bonne blague si ce n’était le résultat des élections américaines. Malgré un discours profondément sexiste, raciste et islamophobe, le candidat Trump a ainsi accédé hier à la plus haute fonction de la première puissance mondiale. Le mépris et le simplisme institutionnalisés ont encore gagné en stature. Depuis la crise

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion