Scène

Ping-pong métaphysique

«Les Diablogues» de Dubillard, mis en scène par Patrick Mohr au Crève-Cœur, démantibulent langage et sens. Un effarement scénique.
Les deux comédiens Diego Todeschini et Mathieu Delmonte sont acteurs et doubles de l’auteur. LORIS VON SIEBENTHAL
Théâtre

Roland Dubillard fait d’une parole fantasque, imprévisible, un outil fascinant et singulier plongé dans un grand bain d’absurde. Nés à la radio, ses courts récits ou Diablogues assurent une déroutante cohérence comico-dramatique au fil d’intrigues rocambolesques parcourues «à sauts et à gambades» par des duettistes. Angoissé existentiel en état d’absence, Buster Keaton scénique, le dramaturge et comédien prend les pieds de ses dialogues dans le tapis des mots du quotidien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion