Solidarité

Les armes de la société civile

Efraín Botero travaille avec les victimes de la guerre colombienne. Pour le coordinateur national de Terre des Hommes, l’avenir de la paix est entre les mains des mouvements sociaux.
Le centre d’appui Cecucol PATRICIA ARMADA/TDH / BPZ
Colombie

On imagine son dépit au soir du 2 octobre. Aux côtés des victimes de la guerre civile colombienne depuis des années, Efraín Botero croyait fermement au processus de paix entamé en 2012 à La Havane. Il ne s’attendait pas au rejet dans les urnes de l’accord passé entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et le gouvernement. Mais il reste optimiste. L’engagement de la société civile, et particulièrement des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion