Édito

Où tout ce qui brille…

Espagne

La finesse et la nuance ne sont pas les marques de fabrique de Willy Toledo. L’acteur espagnol, qui ferait passer Pablo Iglesias pour un pâle démocrate-chrétien, avait pourtant touché assez juste, il y a quelques jours, en s’en prenant à son néocompatriote Orlando Ortega, médaillé olympique naturalisé l’an dernier. Le sprinter formé à Cuba et qui courrait encore au plus haut niveau pour la nation caraïbe en 2013 avait ostensiblement

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion