Genève

Correcteurs de presse, dans l’ombre des projecteurs

(1) Victimes de la crise de la presse, les correcteurs sont aujourd’hui moins nombreux alors que le basculement sur internet rend leur expertise plus nécessaire que jamais. Rencontre avec Alejandro Sierra, qui relit la Tribune de Genève.
Alejandro Sierra. Jean-Patrick Di Silvestro
Série d'été «Métiers en perdition»

A la Tribune de Genève, l’équipe des correcteurs a constitué une liste des cinquante fautes sur lesquelles ils tombent le plus souvent. Instructif. Utile. Drôle parfois. Par exemple quand les journalistes demandent: «Qui tient les rennes de l’économie?» Le père Noël? Alejandro Sierra, 37 ans et d’origine espagnole, relit les pages du quotidien genevois depuis onze ans. Un métier qui requiert une solide culture générale, de la curiosité, une grande

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion