Genève

Accord «historique» contre le travail intérimaire

L’entreprise Marti Construction SA et le syndicat Unia ont convenu d’une limitation du nombre d’employés temporaires.
Dans la construction Jean-Patrick Di Silvestro
Construction

A la suite d’une négociation avec le syndicat Unia, l’entreprise Marti Construction SA, active dans le gros œuvre, s’engage à réduire sa proportion de travailleurs par intérim. Unia, qui salue «un accord historique», veut en faire un exemple pour la branche, jugée trop friande en intérimaires. De leur côté, les milieux patronaux restent sceptiques. «Tout le monde y gagne: tant les syndicats qui veulent moins d’emplois précaires que l’employeur désireux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion