International

La Birmanie dénoncée par l’ONU pour crime contre l’humanité

Les motifs des violences contre la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie pourraient être considérés comme de possibles crimes contre l'humanité. L'ONU a dévoilé lundi à Genève un rapport alarmant.
Rohingyas

Les Rohingyas sont victimes d'arrestations et de détentions arbitraires, de déchéance de nationalité, de restrictions graves à leur liberté de mouvement, de menaces, de manque d'accès à la santé et à l'éducation ou encre de travail forcé, souligne le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein. Mais aussi de violences sexuelles ou de limites à leurs droits politiques. Quatre ans après les heurts dans l'Etat de Rakhine, quelque

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion