International

Rebelles birmans accusés de possibles crimes de guerre

Ces derniers mois, l’armée birmane mais aussi les rebelles pourraient avoir perpétré des violences à l’encontre des Rohingyas dans deux Etats, affirme l’ONU.
Rebelles birmans accusés de possibles crimes de guerre
Près d'un million de Rohingyas ont fui vers le Bangladesh, dont plus de deux tiers après les violences de 2017. KEYSTONE-A
Rohingyas

De possibles nouveaux crimes de guerre ont été perpétrés ces derniers mois en Birmanie, selon la rapporteuse spéciale de l’ONU. Mardi à Genève, Yanghee Lee a mis à nouveau en cause l’armée mais aussi les rebelles, dans les Etats de Rakhine et de Chin. “De nombreux actes” de ces différentes parties pourraient constituer des crimes de guerre, a-t-elle affirmé devant le Conseil des droits de l’homme. Récemment, Amnesty International avait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion