Suisse

L’effet boomerang du temps partiel

En Suisse, 60% des femmes actives travaillent à temps partiel. Avec des conséquences sur leur prévoyance professionnelle, souvent insuffisante.
Égalité

Les femmes qui travaillent à temps partiel ne devraient pas descendre sous la barre des 70%. Souvent, elles ne réalisent pas à quel point leur prévoyance vieillesse sera insuffisante, met en garde la Conférence suisse des déléguées à l’égalité (CSDE). La Suisse est l’un des pays européens où le travail à temps partiel est le plus répandu, rappelle la CSDE dans un communiqué jeudi. Actuellement, 60% des femmes actives et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion