Suisse

L’opposition à Uber se renforce

Des chauffeurs de taxi de toute la Suisse réclament l’interdiction immédiate d’Uber, tant que ce service de transport ne se conforme pas à la législation helvétique.
A Genève Jean-Patrick Di Silvestro
Dumping

Des dizaines de chauffeurs de taxi ont lancé hier à Zurich, Bâle, Genève et Lausanne une campagne nationale d’opposition au service de transport Uber, entreprise américaine active en Suisse depuis 2013. Réunis en une Union nationale des taxis fondée en octobre 2015, ils ­réclament l’interdiction de l’appli Uber tant que le service ne sera pas soumis aux mêmes conditions que les autres entreprises de transport de personnes. «Uber ne paie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion