Arts plastiques

A l’ombre de Tchernobyl

Le photographe genevois Niels Ackermann, qui vit à Kiev, signe un superbe reportage sur la jeunesse de la ville de Slavoutytch, dont les habitants continuent de panser la centrale nucléaire de Tchernobyl.
Tchernobyl 30 ans après

Niels Ackermann n’est assurément pas un jeune homme comme les autres. Au plus fort de la guerre entre la Russie et l’Ukraine l’an passé, il quitte Genève et part vivre à Kiev. Par amour pour une femme, mais aussi par amour pour un pays dans lequel il se sent généreusement accueilli, un pays en plein mouvement, et pour lequel les projets ne manquent pas. Au cœur de cette énergie, que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion